A la découverte de Sainte Croix

Le Parc de Sainte Croix (Moselle) a vu le jour en 1980 lorsque Gérald et Liliane Singer décidèrent de convertir leurs terres agricoles en parc animalier. Le but était de conserver la faune des régions françaises et de partager leur amour des animaux.
En 1980, c’était du suicide : qui allait soutenir un parc animalier défendant les droits des animaux, de la nature et de l’Homme ?

Et pourtant… aujourd’hui, le parc fait 120 hectares et accueille 1 500 animaux de 130 espèces différentes en semi-liberté. Depuis 1980, Sainte-Croix a accueilli plus de 3 millions de visiteurs.

 

A. RENARD.jpg
Renard roux

 

Le Parc animalier de Sainte-Croix s’engage depuis le début à la sauvegarde des espèces. Pour ce faire, il participe à plusieurs programmes – qui seront détaillés dans un prochain article sur la problématique des zoos – comme la campagne de conservation EAZA ou le programme européen EEP. Avec ce second programme, les parcs zoologiques peuvent avoir deux fonctions. La première : ils sont chargés de la reproduction d’une espèce en danger pour pouvoir – peut-être – un jour la remettre en liberté. La seconde : ils fournissent à un zoo chargé de la première fonction, s’il est confronté à un problème consanguinité, des animaux « sains » pour pouvoir continuer la reproduction.

Pourquoi j’ai aimé ce parc ?

Je ne sais pas vraiment où me situer dans la problématique des zoos. J’en ai vus certains agir à merveille pour la conservation des espèces en danger, me faisant oublier l’aspect captivité et barreaux de fer, j’en ai vus d’autres terribles (et gratuits, quand c’est ainsi fuyez, entretenir des animaux coûte des milliers d’euros, encore plus s’ils sont exotiques) où les enclos étaient ridiculement petits, où il n’y avait même pas de tentative de reproduction du milieu naturel de l’animal, bref, un musée des horreurs.

A Sainte Croix, la question ne se pose pas. Les animaux sont en semi-liberté, les rares vitres et filets sont pour la sécurité des animaux et des visiteurs, les espaces sont vastes, très vastes, en témoigne la grande plaine des cervidés d’Europe et les étangs au bout de celle-ci. Chaque enclos reproduit l’espace naturel des animaux (qui sont, rappelons-le quasiment tous européens, il n’y a donc pas de problème de climat) : de l’eau, des mares, des tanières, des sous-bois…

(cliquez pour agrandir!)

Puisqu’il ne faut pas que les animaux s’ennuient et s’habituent à l’homme, des « jeux » sont installés dans les enclos comme dans celui des ours : ceux-ci doivent chercher et utiliser chaque sens pour débloquer du miel ou de la nourriture en extra. Les jeux sont déclenchés à des moments aléatoires, ne sont jamais disponibles dans le même ordre et ne sont jamais récurrents pour ne pas habituer l’animal.

Autre preuve que les animaux ne sont pas apprivoisés : on peut regarder l’heure du repas (qui n’est jamais la même) chez les loups : cela fait 15 ans que les mêmes soigneurs apportent la viande, cela fait 15 ans qu’ils sont toujours aussi craintifs et n’approchent pas de l’humain.

Les soigneurs et les vétérinaires ne touchent jamais les animaux sauvages du parc : tout se fait le plus possible à distance et sans contact. Les loups sont touchés une seule fois dans leur vie (sauf anomalie médicale bien sûr) : un mois après leur naissance pour établir un bilan de santé et leur injecter une puce.

B. LOUPS BLANCS_00001.jpg
Les loups arctiques, qui viennent de donner naissance à de nouveaux louvetaux…

 

En hiver, les animaux sauvages habitués aux climats européens ne demandent pas d’attention particulière si ce n’est la nourriture. Ce n’est pas le cas des animaux importés comme les ragondins et les lémuriens qui sont mis à l’abris dans des enclos annexes. Enfin, certains herbivores sont mis en pâture d’hiver pour préserver les prairies d’été.

Mission biodiversité

Le parc est divisé en 3 sentiers et un safari-train. Le sentier bleu vous emmène sur la piste des animaux d’Europe (renards, lynx, ours bruns, cerfs, élans, grues, cigognes, vautours fauves, …), le safari-train vous raconte l’histoire de la faune et de la flore à Sainte-Croix depuis des milliers d’années et vous permet d’approcher de près des animaux rares, très rares, qui font l’objet d’une conservation particulière : les bisons européens et les chevaux de Przewalski. La passionnée d’équidés que j’étais enfant n’aurait jamais pensé pouvoir en voir en vrai. Ces deux espèces sont conservées à l’écart dans le parc, et vivent quasiment en totale liberté.

Le sentier vert quant à lui s’intéresse aux loups. A Sainte-Croix, la position est prise : on a besoin des loups en France, il faut les protéger et les aider à reconquérir leur territoire – nos forêts. Vous y trouverez loups gris d’Europe, loups noirs de l’ouest canadien, loups arctiques mais aussi ratons-laveurs et hydropotes (définitivement mon nouvel animal préféré).

Enfin le sentier rouge « Mission Biodiversité », appelé « Le voyage de Néo », peut sembler réservé aux enfants. En effet, tout y est plus enfantin et très pédagogique, mais n’hésitez pas à vous y aventurer. Il serait dommage de passer à côté d’un hôtel (de la taille d’une maison, oui) à insectes, du parcours pieds-nus, de l’île aux lémuriens et des cabanes qui vous emmèneront chez les pandas roux.

Autre activité sympathique proposée au parc, c’est le « safari nocturne ». Vous entrez dans un bâtiment qui reproduit chaque pièce d’une maison. Vous découvrez alors toutes les petites bêtes qui vivent avec vous, chez vous. Des mites, des blattes, des souris, des fourmis. Pourquoi sont-elles là, pourquoi en avons-nous besoin, comment vivent-elles ?

SPATULE_00001

Comme tout parc animalier, il faut de l’argent. Sainte-Croix a trouvé le bon filon.
Le parc propos 18 habitations nature pour passer la nuit dans des cabanes dans les arbres au milieu des loups, des lodges avec une vitre sur l’enclos des loups ou sur la plaine des cervidés, des tentes pour dormir à proximité des cerfs lors de la période du brame… C’est l’endroit idéal pour réaliser ses rêves d’enfants. C’est assez impressionnant d’être réveillé dans la nuit par le hurlement des loups, et de n’entendre aucun bruit le soir à part ceux de la forêt…

La plupart des WC dans les habitations sont en réalité des toilettes sèches, et votre « don » – comme ils l’appellent – servira de compost. Petit plus : passer une nuit à Sainte Croix vous permettra de profiter du parc une heure avant tout le monde (9h), un véritable luxe en été lorsqu’il y a foule.

La nourriture qui vous sera proposée le matin et le soir est le plus possible d’origine locale et bio, il en est de même pour la restauration destinée à tous les visiteurs du parc en journée.

Dans la même logique, votre balade dans le parc sera ponctuée de poubelles de tri – je trouve assez rare dans les parcs de loisirs et animaliers que le tri et la politique zéro déchet soient autant mis en avant – et de panneaux vous rappelant pourquoi et comment respecter votre environnement. Enfin, les fiches pédagogiques visibles sur chaque enclos vous donnera le statut UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) de l’animal devant lequel vous êtes : en voie d’extinction, menacé, préoccupation mineure…

Ainsi, si vous n’aviez pas conscience de l’importance de la protection de notre environnement à votre entrée dans le parc, vous ne pouvez plus dire que vous n’étiez pas au courant en sortant. D’ailleurs, les wc dès l’entrée du parc utilisent l’eau de pluie récupérée sur le toit : moi qui ai toujours trouvé absurde l’utilisation de l’eau potable dans nos toilettes, à peine arrivée j’étais ravie !

 

A. LYNX.jpg
Lynx

Le Parc de Sainte Croix offre une approche différente de celle proposée habituellement dans les parcs zoologiques. On se sent plus proche de la nature, plus concerné, on a envie d’observer, de comprendre, de protéger. Ce ne sont pas des animaux en cage, c’est bien plus que ça. La grande majorité du parc concerne les animaux d’Europe et ceux qu’on pourrait rencontrer dans nos forêt. L’Europe est si riche d’animaux, à nous d’en prendre soin !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour plus de photos des animaux, en HD et avec légende, je vous invite grandement à aller voir mon album Flickr spécial Sainte Croix (clic!)

Crédits photos : Morgane Pique

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s